lundi 3 décembre 2018

"On peut s'interroger pourquoi l'ancien nucléaire est compétitif et le nouveau ne l'est pas"


Dominique Louis - 30/11

Emmanuel Macron a prononcé un discours sur la transition écologique mardi dernier à l'Elysée. Il a présenté la "Programmation pluriannuelle de l'énergie" (PPE). Cette dernière fixera la politique énergétique française d'ici 2028. Le président de la République a estimé que le nucléaire reste une piste prometteuse pour une énergie fiable, décarbonée et à bas coût. Il a donc demandé à l'EDF de travailler sur un programme de nouveau nucléaire pour qu'il soit plus compétitif. Celui-ci sera-t-il compétitif ? Quels en sont les enjeux ? - Avec: Dominique Louis, PDG du groupe Assystem. - Good Morning Business, du vendredi 30 novembre 2018, présenté par Stéphane Soumier, sur BFM Business.

L'émission incontournable pour démarrer la journée. Chaque matin, Stéphane Soumier reçoit les acteurs économiques qui font bouger la France. Grands patrons, entrepreneurs innovants, politiques, financiers… Ils viennent raconter leurs aventures, leurs projets, leurs réussites. Good Morning Business, c'est aussi chaque jour le débat entre Jean-Marc Daniel et Nicolas Doze à 7h20, le décryptage de l'actualité internationale de Benaouda Abdeddaïm, Culture Geek avec Anthony Morel et Focus Retail avec Laetitia Muraccioli.

BFM Business est la 1ère chaîne française d'information économique et financière en continu, avec des conseils pour vos finances par des personnalités de référence dans le domaine de l'économie, des interviews exclusives de patrons, de politiques et d'experts. Rendez-vous sur le canal 46 de la TV SFR et en replay sur bfmbusiness.com.


dimanche 2 décembre 2018

Suppression des enquêtes publiques

TRÈS IMPORTANT

Merci de dire  NON au scandale de la suppression des enquêtes publiques sournoisement mis en place par François de Rugy       

A l'heure où le président de la République, Emmanuel Macron, annonce le triplement de l'implantation d'éoliennes dans les territoires ruraux, ce  qui va conduire au doublement  du prix de l’électricité des ménages,  le ministre de la transition écologique et solidaire, François de Rugy, programme de son côté la suppression de l'enquête publique notamment pour l'implantation des projets industriels éoliens en publiant discrètement  un projet  de « décret d'expérimentation en Bretagne et Hauts-de-France » qui la remplace par « de simples consultations par voie numérique ».  

Ce projet de décret est en réalité un point d'étape vers la suppression totale des enquêtes publiques préalables aux décisions des préfets sur tout le territoire

Après avoir tenté d’éliminer les citoyens, par une  tentative de suppression de Tribunaux administratifs  (commission Lecornu), ce qui avait provoqué un déluge de protestations, le gouvernement rompt encore plus maintenant l'équilibre des droits entre les riverains impactés par les nuisances sonores, visuelles et paysagères des éoliennes,  et les promoteurs éoliens.           

Ce projet est  d’autant plus scandaleux que   l'évaluation environnementale,  se fait  par le biais d'études d'impact initiées et  payées  par les promoteurs éoliens fortunés alors que les services techniques compétents de l'Etat chargés de les contrôler, voient leurs effectifs et leurs budgets  se réduire  à des "peaux de chagrin" et qu’ils sont de plus en plus engloutis  par les milliers de  dossiers.               

Comment le gouvernement peut-il vouloir instituer une Société de confiance et cyniquement réduire  la participation du public sur les projets ayant une incidence sur leur vie quotidienne et leur environnement ?       

L'Etat français manque ainsi à toutes ses obligations internationales et européennes, dont  la Convention d'Aarhus, lesquelles imposent le respect des droits d'information et de participation honnête du public aux décisions ayant une incidence environnementale.

Pour bafouer encore plus les droits des riverains le Ministère de la transition écologique et solidaire  « sollicite les citoyens numériquement »  pour donner un avis  sur ce projet de décret et cela sur une très courte période du 22 novembre au 11 décembre.        

Le Ministère de l’environnement  qui se targue depuis des lustres de démocratie participative,  tente d’éliminer par cette voie de consultation discrète et uniquement "numérique" les personnes principalement concernées, c’est-à-dire  tous ceux qui n’ont, pas accès à internet et qui habitent  dans des zone rurales isolées. 
        
Il se débarrasse aussi de  tous ceux qui ne sont pas encore « numériquement branchés »  et qui  redoutent ces nouvelles technologies,  soit qu’ils soient âgés,  soit qu'ils n’aient pas les moyens de se payer le   matériel informatique,  les abonnements nécessaires et la formation de plus en plus complexe .      
            
La régression irréversible de l'environnement en France est "En Marche".  

Merci de refuser ce projet de décret antidémocratique qui bafoue la vraie démocratie.

          
Pour cela  il suffit de cliquer sur le lien suivant , de lire  les commentaires, et de donner un avis et de dire NON  au Ministère de la transition écologique et solidaire. Quelques mots suffisent…. 



Ps: merci de transmettre ce message à vos adhérents

Cordialement

jeudi 22 novembre 2018

Jura : Conférence avec Antoine Waechter

Salle comble pour la conférence "LE SCANDALE EOLIEN" au CARCOM de LONS le 20 novembre 2018.

Elus locaux, représentants de collectifs ou d'associations, habitants, venant depuis Mont sous Vaudrey jusqu'à Saint Maur, ce sont plus de 150 personnes qui ont assisté à ce rendez-vous.

Une nouvelle fois, une grande majorité de l'assistance a découvert avec stupéfaction ce qui se trame sur le territoire. 

Antoine Waechter, fort de son expertise incontestable en matière d'écologie, a expliqué pourquoi l'industriel éolien ne peut être retenu en matière de mix énergétique. 

Les échanges, de bonne qualité, se sont longuement poursuivis, y compris avec des citoyens plutôt favorables à l'éolien (du moins à leur arrivée...).

Cette manifestation montre une nouvelle fois la nécessité impérieuse d'une communication vraie auprès de la population.

Fort d'un soutien grandissant, le cappJe est plus motivé que jamais à poursuivre son action.


CAPPJE

+




lundi 19 novembre 2018

L’éolien au cœur de notre santé ?

Colloque du 16 novembre 2018

Des scientifiques réunis en colloque cette semaine demandent aujourd’hui une étude épidémiologique sérieuse et indépendante.



dimanche 18 novembre 2018

La dévalorisation des biens immobiliers


à proximité des parcs éoliens. Les habitations vont perdre entre 20 et 40% de leur valeur, et pour certaines invendables. Ci-dessous le lien de l'étude de la Fédération de l'Environnement Durable sur la question.


https://environnementdurable.net/documents/depreciation-immo-couv-annexes-def.pdf?fbclid=IwAR2yCIP2VR_9GVSpbN75k7nTorcSAEc9oZ-GUIbV8Gmj-MWRwnInRfx660g



mercredi 7 novembre 2018

L’éolien : un leurre économique ?

https://c.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2018/11/06/l-eolien-un-leurre-economique

06/11/18 : 
https://cdn-s-www.estrepublicain.fr/images/151B3948-AA7C-4F0B-99E3-1F848A5DF3A8/LER_v1_04/photo-du-chateau-de-bournel-a-l-appui-le-mensuel-vmf-releve-le-developpement-anarchique-dans-lequel-s-est-engouffree-la-region-des-qu-a-ete-lancee-la-politique-de-transition-energetique-photo-er-1541440357.jpg
« Il est mensonger de faire croire aux populations qu’il va être possible de recourir massivement aux éoliennes pour remplacer à la fois l’énergie fossile et nucléaire » développe le mensuel VMF (Vieilles Maisons Françaises) dans son numéro de novembre, faisant écho à la fronde qui s’organise dans les campagnes. À l’appui de ce dossier figure la mobilisation d’une soixantaine d’associations en Bourgogne-Franche-Comté, où la hauteur des éoliennes est passée de 130 à 220 mètres, en moins de dix ans, pour pallier une aléatoire rentabilité « dans l’une des régions les moins ventées de France»

Le parc de Rougemont-Baume (Doubs) implanté en co-visibilité avec le château de Bournel, est cité en illustration d’un développement jugé « anarchique ». 

« Économiquement, les éoliennes possèdent un inconvénient majeur : elles sont intermittentes » rappelle le magazine. D’autant qu’une machine ne tourne à plein régime qu’à 27 % du temps, que le vent ne souffle pas nécessairement au moment où les besoins en énergie se font sentir et que le stockage coûte encore très cher.

mardi 6 novembre 2018

« Les éoliennes, c’est une affaire de fric »

http://fr.friends-against-wind.org/realities/les-eoliennes-c-est-une-affaire-de-fric

Entretien — Le normand Denis de Kergorlay sonne la charge contre les « barbares de l’industrie éolienne » et leurs mensonges.
Quelle mouche vous a piqué pour signer ce brûlot contre les éoliennes dont vous estimez qu’elles dégradent nos paysages et notre patrimoine ?
Vous avez raison, c’est un brûlot et je le revendique comme tel. Il est le fruit d’un long cheminement. Je suis engagé sur les problèmes de patrimoine depuis qu’à l’âge de trente ans un château m’est tombé dessus ! Avec Europa Nostra, une Fondation qui milite depuis 1963 pour la sauvegarde et de la protection du patrimoine et pour laquelle le problème de l’éolien s’est rapidement posé, j’ai constitué un petit groupe de travail sur le sujet. Il se trouve aussi que l’un de mes cousins, chef d’entreprise, se bat aussi contre l’implantation d’éoliennes qui défigurent le Berry, sa région. Du coup, ensemble, nous avons souhaité raconter notre combat commun.
Vous dénoncez ce que vous appelez les barbares de l’industrie éolienne ? Qui sont-ils donc ?
Précisément les promoteurs de ces implantations, des gens sans foi ni loi et sans aucun scrupule, sans respect aucun qui avec le concours d’investisseurs et d’industriels étrangers, notamment danois, allemands et chinois, se sont engouffrés dans un marché fabriqué de toutes pièces, entièrement artificiel, qui repose sur un prix de rachat de l’électricité deux fois supérieur au prix du marché. Ce dispositif, véritable appel d’air favorisé à l’époque du gouvernement Jospin est en réalité une affaire de fric, un placement en or qui profite à tous ces investisseurs, à ces promoteurs, à l’ensemble des clients, propriétaires de terrains qui y voient une réelle opportunité avec la bénédiction d’élus et de responsables publics, préfets ou sous-préfets, dont on a bourré le crâne.
Pourtant, de nombreux projets en faveur de parcs éoliens dits citoyens se multiplient à travers la France.
Moi, j’aimerais comprendre les modèles économiques de ces micro-projets de proximité. Je demande à voir !
Dans votre ouvrage, vous parlez d’utopie écologiste ?
Le mouvement écolo est né dans les années 70, il correspondait alors à l’envie d’un vrai retour à la nature, conduit chez nous à l’époque par René Dumont, un tiers-mondiste. On rêvait tous d’un monde meilleur. Les écologistes dans leur quête de pouvoir ont alors fait peu à peu un focus sur le programme nucléaire. Cela ne manquait évidemment pas de pertinence mais de là à prétendre qu’on peut remplacer cette industrie nucléaire, parce que jugée trop dangereuse, par l’éolien constitue un vrai mensonge. Regardez le modèle allemand, c’est un contre sens épouvantable : on a remplacé là-bas les centrales nucléaires par des forêts d’éoliennes tout en continuant à produire le pire charbon qui soit ! L’Allemagne est avec la Pologne le dernier de la classe en Europe en terme de pollution atmosphérique !
Vous en appelez aux grands auteurs que sont Giono, Chateaubriand ou La Varende pour magnifier les paysages et demander leur protection. N’est-ce pas trop passéiste ?
Pas du tout. Défendre le patrimoine, c’est défendre le legs des générations antérieures. « Du passé faisons table rase » est l’un des slogans les plus stupides que je connaisse. On doit savoir d’où l’on vient.
Précisément, en quoi l’implantation d’éoliennes menacerait-elle notre patrimoine ?
Je ne suis pas un opposant systématique aux énergies renouvelables. L’hydrolien ou le solaire peuvent constituer d’excellentes alternatives. Ce qui m’inquiète, c’est de voir à quel point notre environnement peut être défiguré par ces implantations. Regardez ce qui s’est passé à proximité de la cathédrale de Coutances : à quoi servent ces éoliennes ? C’est une pure aberration.
Quant au Mont-Saint-Michel, on a évité le pire parce que des combats ont été menés pour empêcher ces implantations. Je pose la question : les implantations éoliennes sont-elles utiles et nécessaires ? Pour moi, c’est du pipeau, une réelle mystification ! C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité écrire ce livre.
Châtelain engagé
Denis de Kergorlay, propriétaire du château de Canisy, a longtemps milité au sein de Médecins sans Frontières dont il fut le trésorier national. Jusqu’à peu Président d’Europa Nostra qui défend le patrimoine culturel en Europe, il dirige à Paris le prestigieux Cercle Interallié.
Risque sanitaire
C’est avec Pierre Dumont, son cousin, que Denis de Kergorlay signe cet ouvrage intitulé : « Éoliennes, chronique d’un naufrage annoncé » (Éditions François Bourin). À l’appui d’une étude réalisée par l’Académie de Médecine, il y dénonce notamment le risque sanitaire que représenterait l’implantation d’éoliennes.

mardi 16 octobre 2018

Abbenans et Fallon ... suite

Le résultat de la consultation populaire à Abbenans et Fallon est emblématique. Le promoteur RES projetait l'installation de 11 éoliennes, exclusivement sur des terrains communaux. La pression de la population a conduit les maires des deux communes à organiser une consultation populaire :

"Êtes-vous pour ou contre l'engagement de la commune dans le projet éolien, par la signature d'une promesse de bail emphytéotique ? ". 

A noter que cette consultation était rendue possible parce que les éoliennes étaient installées sur des terrains communaux. Pour des projets privés, le préfet refuse l'organisation d'une consultation populaire sur le thème : "Êtes-vous pour ou contre l'installation d'éoliennes dans votre commune ?".

En revanche, cela ouvre des perspectives sur ces projets où quelques éoliennes sont installées sur le domaine public. La population peut demander la tenue d'une consultation populaire à propos de ces éoliennes :

• La loi du 13 août 2004 a créé dans le code général des collectivités territoriales une section nouvelle "Consultation des électeurs" (art. L1112-15 et suivants.). Elle généralise à toutes les collectivités territoriales la possibilité de consulter pour avis leurs électeurs : "Les électeurs d’une collectivité territoriale peuvent être consultés sur les décisions que les autorités de cette collectivité envisagent de prendre pour régler les affaires relevant de la compétence de celle-ci".
Les électeurs eux-mêmes peuvent être à l’initiative d’une demande de consultation (ce qui n’est pas le cas pour le référendum local), la décision de l’organiser revenant toutefois à l’assemblée délibérante (art. L1112-16).

N'est-ce pas un bon moyen pour déstabiliser un projet éolien ? Rappelons-nous aussi que les élections municipales auront lieu en 2020.

Michel De Broissia, président ACBFC
----------------------------------------------------
Dans l'Est Républicain ...


lundi 15 octobre 2018

Abbenans (25) et Fallon (70) : consultés les habitants ont dit globalement non à un projet d'éoliennes

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/abbenans-fallon-habitants-consultes-projet-eoliennes-1557970.html

Êtes-vous pour ou contre l'engagement de la commune dans le projet éolien ? La question était posée ce dimanche 14 octobre aux habitants de deux communes, l'une du Doubs et sa voisine en Haute-Saône. 

Mise à jour : les deux maires suspendent leur projet éolien. Les habitants des deux communes se sont prononcés contre. 

Pour ou contre l'implantation d'un nouveau parc d'éoliennes dans le Nord Franche-Comté ? La question divise depuis plus d'un an les habitants d'Abbenans et de Fallon. Dans ces deux villages  pourraient être implantées une petite dizaine d'éoliennes. Le projet en prévoit 8 sur Abbenans, 3 à Fallon. Cela rapporterait jusqu'à 12.000 euros par éolienne par an aux communes, en plus de la location des terrains.



Les maires des deux communes favorables au projet ont donc décidé d'organiser chacun une consultation populaire dont ils tiendront compte. 273 électeurs sont appelés à voter à Abbenans, 260 à Fallon. 

La question est simple : "Êtes-vous pour ou contre l'engagement de la commune dans le projet éolien, par la signature d'une promesse de bail emphytéotique ? ". 

En mars dernier, l'association "Vent Debout" avait lancé une pétition à Abbenans. 65% des habitants s'étaient prononcés contre le projet éolien.


ABBENANS (25) / FALLON (70)
NON aux éoliennes 


Résultat de la consultation

ABBENANS votants : 201
Exp : 199
NON 130
OUI 69


FALLON votants : 176
NON 87
OUI 88

samedi 6 octobre 2018

Eoliennes : aide à la création d'un photomontage

Protégeons Taillard
Créez vos propres photomontages pour évaluer l'impact paysager d'un parc éolien, grâce aux logiciels SketchUp et Google Earth.


https://www.youtube.com/watch?v=4P6m_qDzzco&feature=youtu.be

JURA : lors de l'inauguration du parc éolien de Chamole

Collectif Eoliennes du Sud-Revermont

#Jura On sourit en lisant le grand écart de la députée LREM Danièle #Brûlebois, qui se retrouve à l'inauguration de #Chamole avec deux messages à faire passer : "on continue tout schuss l'éolien dans le Jura" (message du gouvernement qui tient à installer partout des mégawatts d'énergies renouvelables pour son bilan en 2020) et "on freine sur les projets" (message du Pays Lédonien, qui n'entend pas truffer son territoire touristique de parcs industriels). C'est compliqué, la politique... 



vendredi 28 septembre 2018

Nièvre : Bazolles

Projet d'implantation de six éoliennes à Bazolles : l'enquête publique se déroulera du 15 octobre au 17 novembre

https://www.lejdc.fr/bazolles/environnement/2018/09/27/projet-d-implantation-de-six-eoliennes-a-bazolles-l-enquete-publique-se-deroulera-du-15-octobre-au-17-novembre_12996417.html

Un avis à donner sur l'implantation de six éoliennes à Bazolles ? L'enquête publique se déroulera du lundi 15 octobre au samedi 17 novembre.
L'enquête publique pour l'installation de six éoliennes à Bazolles se déroulera du lundi 15 octobre au samedi 17 novembre 2018 inclus.
Le dossier, comprenant notamment une étude d'impact, une étude de dangers et l'avis de la mission régionale d'autorité environnementale, est consultable dans les mairies suivantes : Achun, Aunay-en-Bazois, Bazolles, Crux-la-Ville, La Colancelle, Montapas, Mont-et-Marré, Rouy, Saint-Maurice, Saint-Saulge, Vitry-Laché.
Éoliennes dans la Nièvre : tous les articles
La demande concerne six éoliennes d'une puissance unitaire jusqu'à 2,4 MW, pour une hauteur en bout de pâle de 149,50 m au maximum.
Ce site éolien est porté par Global Wind Power, qui mène également des projets à Cercy-la-Tour et autour de Luzy.
Pratique
Un registre est ouvert au public à la mairie de Bazolles. Les observations peuvent également être adressées à la préfecture (pref-icpe-contact-public@nievre.gouv.fr).
Le commissaire enquêteur est à la disposition du public à la mairie de Bazolles lundi 15 octobre, de 15 h à 18 h ; jeudi 25 octobre de 15 h à 18 h ; mercredi 7 novembre de 9 h à 12 h ; samedi 17 novembre de 9 h à 12 h.



01/10/18 : Nièvre : Communauté de Communes : La réunion des élus s’est tenue à Rouy
Extrait : 
Éoliennes à Bazolles. Ce conseil communautaire devait débuter par une présentation du projet éolien de Bazolles.
Un point à l'ordre du jour finalement supprimé par le président Christian Perceau, même s'il a précisé « qu'il n'avait pas d'obligation réglementaire de le faire ».
Ayant été destinataire, la veille, d'un courrier de l'association La Prairie Libre de Crux-la-Ville, qui lui reprochait de s'immiscer et d'influencer l'enquête publique qui aura lieu du 15 octobre au 17 novembre (voir notre édition du vendredi 28 septembre), le président a voulu « éviter toute polémique. Notre but était d'informer, pas d'orienter ; la communauté de communes n'ayant pas de compétence dans ce domaine. Je voulais jouer la transparence. C'est dommage », a-t-il regretté.
Le projet éolien sera finalement présenté en Conseil municipal
La présentation du projet se fera finalement en conseil municipal dans les cinq communes du territoire concernées, à savoir Crux-la-Ville, Bazolles, Rouy, Saint-Maurice et Saint-Saulge. « Je vous invite à vous y rendre, et à participer à l'enquête publique », a conclu Christian Perceau.
Si les six éoliennes de Bazolles sortent de terre, le conseil communautaire ne pourra pas faire l'économie d'un débat sur les retombées fiscales d'un tel site. En effet, ce sont les communautés de communes qui "touchent" la plus grosse part ; à elles, ensuite, de les répartir. Au grand dam des communes où sont implantées les éoliennes et estiment, le plus souvent, être lésées.

mercredi 26 septembre 2018

Nièvre : Quatre variantes, de 14 à 19 éoliennes, présentées pour le projet de Cercy-la-Tour

https://www.lejdc.fr/cercy-la-tour/economie/environnement/2018/09/26/quatre-variantes-de-14-a-19-eoliennes-presentees-pour-le-projet-de-cercy-la-tour_12994821.html

Le porteur de projets éoliens Global Wind Power, a dégagé quatre variantes pour l'implantation de ses machines à Cercy-la-TourIsenay et Saint-Gratien-Savigny.

Comme toujours, la réunion publique qui s'est déroulée à Cercy-la-Tour mardi 25 septembre a été houleuse. Les opposants ont fait valoir leurs arguments, et Global Wind Power les siens.


Lire aussi : Les opposants aux projets éoliens de Global Wind Power ont fait entendre leurs voix à Cercy-la-Tour


Le porteur a pu présenter quatre variantes pour son projet qui est, selon sa représentante, Julia Bastide, "viable". Ces scénarios seront affinés, pour n'être plus que deux présentés lors de la prochaine réunion publique, dont la date n'est pas encore fixée (autour de la fin novembre). D'ici là, le site internet dédié à ce projet peut être consulté.


Les différents projets comptent entre 14 et 19 machines, de 200 m en bout de pâle (et 120 m au rotor).


Les opposants dénoncent des "conflits d'intérêts"


Global Wind Power affirme avoir la "maîtrise totale du foncier" sur toutes les variantes. Ce qui fait bondir les opposants, qui mettent en avant les "conflits d'intérêts" entre les élus des communes concernées, qui ont signé un bail avec le porteur de projet.


La prochaine étape sera donc le choix de la variante et le dépôt du projet complet auprès des services de l'État. "À la fin de l'année", avance Julia Bastide. Ces services qui auront à décortiquer un projet dont les machines seront construites en plein bois. Une éolienne implantée pourrait "prendre" entre 6 et 9 hectares de forêt. Des "pertes" qui, par obligation réglementaire, doivent être compensées par le porteur de projet. 


Lire aussi : Global Wind Power va revoir sa copie pour son projet de cinquante-six éoliennes entre la Nièvre et la Saône-et-Loire



Foncegrive et Selongey (21)



dimanche 23 septembre 2018

Rappel : Saulieu (21)

Chers Amis,

Je tiens à vous rappeler la conférence de Marc Halévy le 29 septembre prochain à Saulieu. Marc Halévy est l'auteur d'un livre récent et remarquable : "Énergie et Écologie" où il démontre l'absurdité du développement éolien pour produire de l'électricité. 

Il donne une conférence samedi prochain 29 septembre à 10h à Saulieu. 

Il est indispensable que nous en fassions une démonstration de force (comme hier sur le parc éolien de Rougemeont-Baume)

Faisons vraiment notre possible à un moment où l'opinion publique semble se retourner. Un évènement réussi concourra vraiment à changer l'état d'esprit du public en général et par ricochet de nos politiques.

Bien amicalement,
Michel de Broissia

samedi 22 septembre 2018

Doubs : Autechaux

Quelques photos de notre petite virée à Autechaux (25) ce matin pour l'inauguration des éoliennes industrielles.

Nous étions une cinquantaine. 

Tout s'est bien déroulé, et dans le calme ! Même les éoliennes : aucune ne tournait ... 










Article de presse :

22/09/18 : AUTECHAUX (25) : Eoliennes inaugurées en présence de contestataires
https://c.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2018/09/22/eoliennes-inaugurees-en-presence-de-contestataires#0_0

L’inauguration des parcs éoliens de Rougemont-Baume et Vaite-Bussières s’est déroulée ce samedi. Des contestataires étaient présents, brandissant pancartes et banderoles hostiles.

Eole chargé de surveiller les vents, les a bien gardés dans ses outres, samedi, d’où un manque de vent sur Autechaux. Ce qui n’a pas empêché l’inauguration des parcs éoliens de Rougemont-Baume et Vaite-Bussières d’être bien agitée.

En effet, un comité d’accueil formé de plusieurs dizaines de personnes de ACBFC (Association de défense de l’environnement de Bourgogne-Franche-Comté) était présent. Pancartes et banderoles bien visibles et bardées de slogans, il attendait les élus invités à l’inauguration.


Bien vite, les élus passaient. Arnaud Marthey, maire de Baume, président d’Europolys, conseiller régional, s’est arrêté pour entamer un dialogue. « Vous êtes le seul à prendre du temps pour nous écouter », déclare une dame. « C’est le rôle des élus d’être à l’écoute des gens, mais c’est à eux de prendre les décisions », répond Arnaud Marthey.

« Pas le couteau entre les dents »


« On ne nous écoute pas, la politique en faveur des éoliennes ne tient pas la route, notre santé est en cause, le code de la santé publique a été bafoué, les émissions de CO² augmentent considérablement, le développement éolien à marche forcée dans notre région conduit à augmenter sans cesse la taille des éoliennes dans une région peu ventée, il faut protéger la biodiversité, les élus ont accepté pour que leur commune perçoive des recettes or ce sont les com-com qui vont les percevoir. C’est l’argent qui domine la France », proclament plusieurs personnes. Le président de l’association ACBFC précise que cette dernière n’intervient pas « le couteau entre les dents », mais demande que « les distances de précaution soient adaptées aux éoliennes gigantesques, que la santé des riverains soit préservée et que la protection de la biodiversité assurée ».

Le maire de Baume a asséné : « Je connais vos arguments, mais nous sommes là pour inaugurer ce qui existe, puis le gérer le mieux possible. La société s’engage dans ce sens ».

Retombées économiques

Sous le chapiteau, Guillaume Jumel, directeur d’Innergex, après les mots d’accueil de Jean-Yves Brunella maire d’Autechaux, a rappelé que sa société existe depuis 27 ans, qu’elle est experte en énergie renouvelable et qu’elle est productrice d’électricité. « nous avons fortement investi (plus de 150 millions d’euros) pour la réalisation de 43 éoliennes sur les secteurs de Baume-Rougemont (29) et Vaite-Bussière (14) (puissance 120 MW) (production annuelle moyenne qui correspond à la consommation de 160 000 habitants), nous n’avons jamais vendu une seule éolienne, nous sommes là pour longtemps. Nous allons créer un centre de maintenance sur le site d’Autechaux (6 emplois hautement qualifiés) et un explorateur du parc va s’installer (2 personnes). »

Plusieurs élus des com-com et représentante du député ont à leur tour pris la parole pour mettre en exergue la politique menée en faveur des économies d’énergie et du développement durable.

M. Marthey indique que la Région va investir 13 millions d’euros pour la maîtrise d’énergie. À signaler les retombées économiques pour les communes des com-com : plus d’un million d’euros selon le directeur d’Innergex.

"Nous avons fortement investi plus de 150 millions dans 43 éoliennes" G.Jumel

jeudi 20 septembre 2018

Yonne : les éoliennes ne sont pas les bienvenues

https://www.lyonne.fr/ravieres/2018/09/19/les-eoliennes-ne-sont-pas-les-bienvenues_12986544.html

Les bénévoles de l'Association paysage et forêts de l'Armançon (Apfa) avaient le sourire vendredi soir à Ravières. La réunion autour des éoliennes qu'ils ont organisée a été un succès. Près de cent quarante personnes ont fait le déplacement.

« C'est un succès, notait Dominique Belloche, un membre de l'AfpaIl faut déplorer l'absence des représentants des promoteurs éoliens et des maires des dix-huit communes impliquées. » Seule Catherine Tronel, maire d'Argentenay est venue. Elle a rappelé que l'ancienne communauté de communes d'Ancy avait voté contre l'implantation d'éoliennes en 2010. « Ce n'est qu'avec la fusion des communautés de Tonnerre et d'Ancy que ce vote a été remis en cause », signalait l'élue. 

Une enquête menée auprès des habitants.

Une enquête auprès de la population de Ravières a été lancée. « Nous avons recueilli deux cent onze réponses. Il ressort de cette étude que les gens ignorent tout du projet, hormis son existence, et considèrent que la commune ne les a pas assez renseignés à près de 80 % », indiquait Dominique Belloche.

Le projet de parc des Terres et vents de Ravières lancée par la société Epuron prévoit l'implantation de vingt et une éoliennes de 200 mètres de haut en bout de pales, entre Ravières et Jully. Ce projet viendrait s'ajouter à un autre parc de plus d'une vingtaine d'éoliennes prévues entre Aisy et Nuit, de l'autre côté de la vallée.

Jean-Marie Virely, chercheur au CNRS, farouchement opposé aux parcs éoliens, et François Falconnet, de MorVent en colère, ont développé un argumentaire scientifique. La déforestation, la perte d'identité du territoire et la perte de valeur de l'immobilier sont revenues dans les interventions.

« L'éolien n'est pas le bienvenu sur notre territoire. Il ne profite qu'aux promoteurs et à quelques propriétaires terriens que l'on ne voit jamais », a conclu Dominique Belloche.

vendredi 14 septembre 2018

Colloque SANTÉ et INFRASONS des éoliennes


Par le Confort Acoustique

La santé des hommes et des animaux face aux infrasons produits par les éoliennes.

Le 16 novembre 2018 de 9 h à 18 h
Auditorium du « Centre Sèvres », 35 bis rue de Sèvres, 75006 Paris
« La santé humaine et animale est-elle affectée par les infrasons produits pas les éoliennes industrielles ? Telle est la question à laquelle ce colloque se propose d’apporter les premiers éléments de réponse. »

Ce colloque est centré autour des nuisances éventuellement provoquées par les infrasons, associées aux bruits audibles ressentis à différents degrés par les riverains des très grandes éoliennes, ou observées sur les élevages d’animaux situés à proximité des complexes éoliens.

Ainsi, ce colloque pluridisciplinaire réunira médecins (neurologues et ORL), vétérinaires, sociologues, épidémiologistes, et ingénieurs (mécaniciens et acousticiens).

L’objectif des conférences sera d’étudier les différentes manifestations des troubles, depuis la simple gêne jusqu’à la pathologie, de mieux définir et comprendre les relations de cause à effets, et les relations dose-effets sur de grandes durées.

Il s’agit également de sensibiliser les pouvoirs publics aux questions soulevées, afin qu’à l’instar de nombreux pays européens, des enquêtes épidémiologiques soient menées au niveau régional.

Il s’agit aussi d’informer et de former le public des villes, plutôt favorable au déploiement éolien, mais soucieux de préserver ses campagnes, ainsi que les habitants des campagnes avides de comprendre les effets observés et de distinguer les éventuelles conséquences de cette énergie verte qui se développe à grande échelle sur notre territoire.

Les conférenciers sont appelés à présenter leur contribution dans les domaines suivants :

◆ Mécanique et aéroacoustique : comment les éoliennes produisent des infrasons ?

◆ Propagation des infrasons et propagation du bruit
◆ Comment mesurer les infrasons et distinguer leurs origines ?
◆ Phénomènes auditifs des infrasons et des sons
◆ Physiologie de l’oreille humaine et animale
◆ Phénomènes extra-auditifs sur le corps humain (exemple du baro-trauma des chauves-souris)
◆ Sensibilité particulière des animaux aux sons et aux infrasons


Sujets connexes :

◆ Pollution des nappes phréatiques par les socles de béton enfouis à jamais dans les sols,
◆ effets des ondes électromagnétiques,
◆ hallucinations par les effets stroboscopiques du passage des pales.

Des intervenants de renom et de très grande qualité sont déjà programmés pour ce colloque.

Les scientifiques désirant présenter leurs travaux de recherche ou des témoignages sont invités à soumettre leur projet avant le 10 octobre 2018 aux organisateurs par courriel à l’adresse suivante :

Colloque16Novembre@gmail.com

Comité scientifique :
Président :
Patrice Tran Ban Huy, membre de l’Académie nationale de médecine, ex-président de la Société Française d’ORL.

Membres :
Bruno Chanetz (Université Paris-Nanterre),
Christian Hugonnet (Président fondateur de la Semaine du Son),
Hervé Texier (Docteur d’État ès Sciences Physiques),
Yves CouasnetPatrick Dugast (experts acousticiens près la Cour d’Appel de Paris).

Organisation :

Patrick Dugast (Le Confort Acoustique)

Frais d’inscription : 15 € / personne (conférenciers exemptés) – Nombre de places limité à 250.

Renseignement pratique : une restauration rapide sera proposée sur place à l’heure du déjeuner.