vendredi 28 septembre 2018

Nièvre : Bazolles

Projet d'implantation de six éoliennes à Bazolles : l'enquête publique se déroulera du 15 octobre au 17 novembre

https://www.lejdc.fr/bazolles/environnement/2018/09/27/projet-d-implantation-de-six-eoliennes-a-bazolles-l-enquete-publique-se-deroulera-du-15-octobre-au-17-novembre_12996417.html

Un avis à donner sur l'implantation de six éoliennes à Bazolles ? L'enquête publique se déroulera du lundi 15 octobre au samedi 17 novembre.
L'enquête publique pour l'installation de six éoliennes à Bazolles se déroulera du lundi 15 octobre au samedi 17 novembre 2018 inclus.
Le dossier, comprenant notamment une étude d'impact, une étude de dangers et l'avis de la mission régionale d'autorité environnementale, est consultable dans les mairies suivantes : Achun, Aunay-en-Bazois, Bazolles, Crux-la-Ville, La Colancelle, Montapas, Mont-et-Marré, Rouy, Saint-Maurice, Saint-Saulge, Vitry-Laché.
Éoliennes dans la Nièvre : tous les articles
La demande concerne six éoliennes d'une puissance unitaire jusqu'à 2,4 MW, pour une hauteur en bout de pâle de 149,50 m au maximum.
Ce site éolien est porté par Global Wind Power, qui mène également des projets à Cercy-la-Tour et autour de Luzy.
Pratique
Un registre est ouvert au public à la mairie de Bazolles. Les observations peuvent également être adressées à la préfecture (pref-icpe-contact-public@nievre.gouv.fr).
Le commissaire enquêteur est à la disposition du public à la mairie de Bazolles lundi 15 octobre, de 15 h à 18 h ; jeudi 25 octobre de 15 h à 18 h ; mercredi 7 novembre de 9 h à 12 h ; samedi 17 novembre de 9 h à 12 h.



01/10/18 : Nièvre : Communauté de Communes : La réunion des élus s’est tenue à Rouy
Extrait : 
Éoliennes à Bazolles. Ce conseil communautaire devait débuter par une présentation du projet éolien de Bazolles.
Un point à l'ordre du jour finalement supprimé par le président Christian Perceau, même s'il a précisé « qu'il n'avait pas d'obligation réglementaire de le faire ».
Ayant été destinataire, la veille, d'un courrier de l'association La Prairie Libre de Crux-la-Ville, qui lui reprochait de s'immiscer et d'influencer l'enquête publique qui aura lieu du 15 octobre au 17 novembre (voir notre édition du vendredi 28 septembre), le président a voulu « éviter toute polémique. Notre but était d'informer, pas d'orienter ; la communauté de communes n'ayant pas de compétence dans ce domaine. Je voulais jouer la transparence. C'est dommage », a-t-il regretté.
Le projet éolien sera finalement présenté en Conseil municipal
La présentation du projet se fera finalement en conseil municipal dans les cinq communes du territoire concernées, à savoir Crux-la-Ville, Bazolles, Rouy, Saint-Maurice et Saint-Saulge. « Je vous invite à vous y rendre, et à participer à l'enquête publique », a conclu Christian Perceau.
Si les six éoliennes de Bazolles sortent de terre, le conseil communautaire ne pourra pas faire l'économie d'un débat sur les retombées fiscales d'un tel site. En effet, ce sont les communautés de communes qui "touchent" la plus grosse part ; à elles, ensuite, de les répartir. Au grand dam des communes où sont implantées les éoliennes et estiment, le plus souvent, être lésées.

mercredi 26 septembre 2018

Nièvre : Quatre variantes, de 14 à 19 éoliennes, présentées pour le projet de Cercy-la-Tour

https://www.lejdc.fr/cercy-la-tour/economie/environnement/2018/09/26/quatre-variantes-de-14-a-19-eoliennes-presentees-pour-le-projet-de-cercy-la-tour_12994821.html

Le porteur de projets éoliens Global Wind Power, a dégagé quatre variantes pour l'implantation de ses machines à Cercy-la-TourIsenay et Saint-Gratien-Savigny.

Comme toujours, la réunion publique qui s'est déroulée à Cercy-la-Tour mardi 25 septembre a été houleuse. Les opposants ont fait valoir leurs arguments, et Global Wind Power les siens.


Lire aussi : Les opposants aux projets éoliens de Global Wind Power ont fait entendre leurs voix à Cercy-la-Tour


Le porteur a pu présenter quatre variantes pour son projet qui est, selon sa représentante, Julia Bastide, "viable". Ces scénarios seront affinés, pour n'être plus que deux présentés lors de la prochaine réunion publique, dont la date n'est pas encore fixée (autour de la fin novembre). D'ici là, le site internet dédié à ce projet peut être consulté.


Les différents projets comptent entre 14 et 19 machines, de 200 m en bout de pâle (et 120 m au rotor).


Les opposants dénoncent des "conflits d'intérêts"


Global Wind Power affirme avoir la "maîtrise totale du foncier" sur toutes les variantes. Ce qui fait bondir les opposants, qui mettent en avant les "conflits d'intérêts" entre les élus des communes concernées, qui ont signé un bail avec le porteur de projet.


La prochaine étape sera donc le choix de la variante et le dépôt du projet complet auprès des services de l'État. "À la fin de l'année", avance Julia Bastide. Ces services qui auront à décortiquer un projet dont les machines seront construites en plein bois. Une éolienne implantée pourrait "prendre" entre 6 et 9 hectares de forêt. Des "pertes" qui, par obligation réglementaire, doivent être compensées par le porteur de projet. 


Lire aussi : Global Wind Power va revoir sa copie pour son projet de cinquante-six éoliennes entre la Nièvre et la Saône-et-Loire



Foncegrive et Selongey (21)



dimanche 23 septembre 2018

Rappel : Saulieu (21)

Chers Amis,

Je tiens à vous rappeler la conférence de Marc Halévy le 29 septembre prochain à Saulieu. Marc Halévy est l'auteur d'un livre récent et remarquable : "Énergie et Écologie" où il démontre l'absurdité du développement éolien pour produire de l'électricité. 

Il donne une conférence samedi prochain 29 septembre à 10h à Saulieu. 

Il est indispensable que nous en fassions une démonstration de force (comme hier sur le parc éolien de Rougemeont-Baume)

Faisons vraiment notre possible à un moment où l'opinion publique semble se retourner. Un évènement réussi concourra vraiment à changer l'état d'esprit du public en général et par ricochet de nos politiques.

Bien amicalement,
Michel de Broissia

samedi 22 septembre 2018

Doubs : Autechaux

Quelques photos de notre petite virée à Autechaux (25) ce matin pour l'inauguration des éoliennes industrielles.

Nous étions une cinquantaine. 

Tout s'est bien déroulé, et dans le calme ! Même les éoliennes : aucune ne tournait ... 










Article de presse :

22/09/18 : AUTECHAUX (25) : Eoliennes inaugurées en présence de contestataires
https://c.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2018/09/22/eoliennes-inaugurees-en-presence-de-contestataires#0_0

L’inauguration des parcs éoliens de Rougemont-Baume et Vaite-Bussières s’est déroulée ce samedi. Des contestataires étaient présents, brandissant pancartes et banderoles hostiles.

Eole chargé de surveiller les vents, les a bien gardés dans ses outres, samedi, d’où un manque de vent sur Autechaux. Ce qui n’a pas empêché l’inauguration des parcs éoliens de Rougemont-Baume et Vaite-Bussières d’être bien agitée.

En effet, un comité d’accueil formé de plusieurs dizaines de personnes de ACBFC (Association de défense de l’environnement de Bourgogne-Franche-Comté) était présent. Pancartes et banderoles bien visibles et bardées de slogans, il attendait les élus invités à l’inauguration.


Bien vite, les élus passaient. Arnaud Marthey, maire de Baume, président d’Europolys, conseiller régional, s’est arrêté pour entamer un dialogue. « Vous êtes le seul à prendre du temps pour nous écouter », déclare une dame. « C’est le rôle des élus d’être à l’écoute des gens, mais c’est à eux de prendre les décisions », répond Arnaud Marthey.

« Pas le couteau entre les dents »


« On ne nous écoute pas, la politique en faveur des éoliennes ne tient pas la route, notre santé est en cause, le code de la santé publique a été bafoué, les émissions de CO² augmentent considérablement, le développement éolien à marche forcée dans notre région conduit à augmenter sans cesse la taille des éoliennes dans une région peu ventée, il faut protéger la biodiversité, les élus ont accepté pour que leur commune perçoive des recettes or ce sont les com-com qui vont les percevoir. C’est l’argent qui domine la France », proclament plusieurs personnes. Le président de l’association ACBFC précise que cette dernière n’intervient pas « le couteau entre les dents », mais demande que « les distances de précaution soient adaptées aux éoliennes gigantesques, que la santé des riverains soit préservée et que la protection de la biodiversité assurée ».

Le maire de Baume a asséné : « Je connais vos arguments, mais nous sommes là pour inaugurer ce qui existe, puis le gérer le mieux possible. La société s’engage dans ce sens ».

Retombées économiques

Sous le chapiteau, Guillaume Jumel, directeur d’Innergex, après les mots d’accueil de Jean-Yves Brunella maire d’Autechaux, a rappelé que sa société existe depuis 27 ans, qu’elle est experte en énergie renouvelable et qu’elle est productrice d’électricité. « nous avons fortement investi (plus de 150 millions d’euros) pour la réalisation de 43 éoliennes sur les secteurs de Baume-Rougemont (29) et Vaite-Bussière (14) (puissance 120 MW) (production annuelle moyenne qui correspond à la consommation de 160 000 habitants), nous n’avons jamais vendu une seule éolienne, nous sommes là pour longtemps. Nous allons créer un centre de maintenance sur le site d’Autechaux (6 emplois hautement qualifiés) et un explorateur du parc va s’installer (2 personnes). »

Plusieurs élus des com-com et représentante du député ont à leur tour pris la parole pour mettre en exergue la politique menée en faveur des économies d’énergie et du développement durable.

M. Marthey indique que la Région va investir 13 millions d’euros pour la maîtrise d’énergie. À signaler les retombées économiques pour les communes des com-com : plus d’un million d’euros selon le directeur d’Innergex.

"Nous avons fortement investi plus de 150 millions dans 43 éoliennes" G.Jumel

jeudi 20 septembre 2018

Yonne : les éoliennes ne sont pas les bienvenues

https://www.lyonne.fr/ravieres/2018/09/19/les-eoliennes-ne-sont-pas-les-bienvenues_12986544.html

Les bénévoles de l'Association paysage et forêts de l'Armançon (Apfa) avaient le sourire vendredi soir à Ravières. La réunion autour des éoliennes qu'ils ont organisée a été un succès. Près de cent quarante personnes ont fait le déplacement.

« C'est un succès, notait Dominique Belloche, un membre de l'AfpaIl faut déplorer l'absence des représentants des promoteurs éoliens et des maires des dix-huit communes impliquées. » Seule Catherine Tronel, maire d'Argentenay est venue. Elle a rappelé que l'ancienne communauté de communes d'Ancy avait voté contre l'implantation d'éoliennes en 2010. « Ce n'est qu'avec la fusion des communautés de Tonnerre et d'Ancy que ce vote a été remis en cause », signalait l'élue. 

Une enquête menée auprès des habitants.

Une enquête auprès de la population de Ravières a été lancée. « Nous avons recueilli deux cent onze réponses. Il ressort de cette étude que les gens ignorent tout du projet, hormis son existence, et considèrent que la commune ne les a pas assez renseignés à près de 80 % », indiquait Dominique Belloche.

Le projet de parc des Terres et vents de Ravières lancée par la société Epuron prévoit l'implantation de vingt et une éoliennes de 200 mètres de haut en bout de pales, entre Ravières et Jully. Ce projet viendrait s'ajouter à un autre parc de plus d'une vingtaine d'éoliennes prévues entre Aisy et Nuit, de l'autre côté de la vallée.

Jean-Marie Virely, chercheur au CNRS, farouchement opposé aux parcs éoliens, et François Falconnet, de MorVent en colère, ont développé un argumentaire scientifique. La déforestation, la perte d'identité du territoire et la perte de valeur de l'immobilier sont revenues dans les interventions.

« L'éolien n'est pas le bienvenu sur notre territoire. Il ne profite qu'aux promoteurs et à quelques propriétaires terriens que l'on ne voit jamais », a conclu Dominique Belloche.

vendredi 14 septembre 2018

Colloque SANTÉ et INFRASONS des éoliennes


Par le Confort Acoustique

La santé des hommes et des animaux face aux infrasons produits par les éoliennes.

Le 16 novembre 2018 de 9 h à 18 h
Auditorium du « Centre Sèvres », 35 bis rue de Sèvres, 75006 Paris
« La santé humaine et animale est-elle affectée par les infrasons produits pas les éoliennes industrielles ? Telle est la question à laquelle ce colloque se propose d’apporter les premiers éléments de réponse. »

Ce colloque est centré autour des nuisances éventuellement provoquées par les infrasons, associées aux bruits audibles ressentis à différents degrés par les riverains des très grandes éoliennes, ou observées sur les élevages d’animaux situés à proximité des complexes éoliens.

Ainsi, ce colloque pluridisciplinaire réunira médecins (neurologues et ORL), vétérinaires, sociologues, épidémiologistes, et ingénieurs (mécaniciens et acousticiens).

L’objectif des conférences sera d’étudier les différentes manifestations des troubles, depuis la simple gêne jusqu’à la pathologie, de mieux définir et comprendre les relations de cause à effets, et les relations dose-effets sur de grandes durées.

Il s’agit également de sensibiliser les pouvoirs publics aux questions soulevées, afin qu’à l’instar de nombreux pays européens, des enquêtes épidémiologiques soient menées au niveau régional.

Il s’agit aussi d’informer et de former le public des villes, plutôt favorable au déploiement éolien, mais soucieux de préserver ses campagnes, ainsi que les habitants des campagnes avides de comprendre les effets observés et de distinguer les éventuelles conséquences de cette énergie verte qui se développe à grande échelle sur notre territoire.

Les conférenciers sont appelés à présenter leur contribution dans les domaines suivants :

◆ Mécanique et aéroacoustique : comment les éoliennes produisent des infrasons ?

◆ Propagation des infrasons et propagation du bruit
◆ Comment mesurer les infrasons et distinguer leurs origines ?
◆ Phénomènes auditifs des infrasons et des sons
◆ Physiologie de l’oreille humaine et animale
◆ Phénomènes extra-auditifs sur le corps humain (exemple du baro-trauma des chauves-souris)
◆ Sensibilité particulière des animaux aux sons et aux infrasons


Sujets connexes :

◆ Pollution des nappes phréatiques par les socles de béton enfouis à jamais dans les sols,
◆ effets des ondes électromagnétiques,
◆ hallucinations par les effets stroboscopiques du passage des pales.

Des intervenants de renom et de très grande qualité sont déjà programmés pour ce colloque.

Les scientifiques désirant présenter leurs travaux de recherche ou des témoignages sont invités à soumettre leur projet avant le 10 octobre 2018 aux organisateurs par courriel à l’adresse suivante :

Colloque16Novembre@gmail.com

Comité scientifique :
Président :
Patrice Tran Ban Huy, membre de l’Académie nationale de médecine, ex-président de la Société Française d’ORL.

Membres :
Bruno Chanetz (Université Paris-Nanterre),
Christian Hugonnet (Président fondateur de la Semaine du Son),
Hervé Texier (Docteur d’État ès Sciences Physiques),
Yves CouasnetPatrick Dugast (experts acousticiens près la Cour d’Appel de Paris).

Organisation :

Patrick Dugast (Le Confort Acoustique)

Frais d’inscription : 15 € / personne (conférenciers exemptés) – Nombre de places limité à 250.

Renseignement pratique : une restauration rapide sera proposée sur place à l’heure du déjeuner.

vendredi 7 septembre 2018

Jura : Crançot : réunion publique du 30/08/2018


Lien vers le support de la réunion :
https://cappje39.files.wordpress.com/2018/08/cappje-rc3a9union-du-30-aoc3bbt-2018-vdef.pdf


https://cappje39.wordpress.com/

Collectif d'Alerte du Premier Plateau du Jura sur les Eoliennes

Alerter et faire obstacle à l’envahissement du premier plateau par les projets industriels éoliens

"Depuis des mois, les promoteurs éoliens démarchent les communes du premier plateau du Jura pour soutirer aux élus le droit de développer leurs parcs industriels.

Le collectif a pour objectif d’alerter la population sur ces agissements et de mobiliser les habitants contre l’envahissement de leur territoire par ces installations gigantesques.

Les élus se font bercer par le discours appuyé, incitatif et rassurant des porteurs de projet qui passent sous silence les nuisances de ces machines. Ils s’achètent une bonne conscience.

Pourtant, ces « dames blanches », comme se complaisent à les appeler les insouciants, ont tôt fait de se draper de noir quand on déroule la liste de leurs méfaits : modification profonde du paysage et du cadre de vie, nuisances visuelles sonores et vibratoires, impacts sur la santé humaine, destruction d’une partie de la faune, désertion des touristes, dépréciation des biens fonciers,…, augmentation de la facture d’électricité, et un comble augmentation de l’émission des gaz à effet de serre par la production des centrales thermiques les suppléant quand le vent manque.

Les élus ne prennent pas suffisamment le temps de la réflexion. Ils se précipitent le plus souvent dans leurs délibérations sans concertation avec les communes voisines, ni débat avec leurs administrés.

Si les élus ont légitimité à gérer les affaires courantes de leur commune en bon père de famille, les électeurs n’acceptent pas qu’ils expédient ces opérations exceptionnelles sans les consulter.

Plusieurs communes se sont déjà engagées : Chamole, La Marre, Publy, Revigny.

D’autres sont sur le point de le faire : Hauteroche, Perrigny, Chamole (12 éoliennes supplémentaires).

Certaines ont enfin clairement affiché leur opposition : Bonnefontaine, Vevy.
Pour autant, aucune commune ne sera épargnée à long terme si le processus n’est pas rapidement stoppé.



Il est donc indispensable que dans chaque village, chacun s’inquiète de la situation, s’informe et se mobilise pour marquer son opposition à l’envahissement dramatique du premier plateau que les promoteurs éoliens et élus programment en catimini."

cappJe

(si vous souhaitez nous rejoindre, contactez nous à l’adresse mail du collectif :
cappje@gmail.com ou sur facebook : https://www.facebook.com/Collectif-dalerte-du-premier-plateau-du-Jura-sur-les-éoliennes-211785672867370/ )

Débat public sur l’énergie : le bal des dupes et des hypocrites

https://www.contrepoints.org/2018/09/06/324415-debat-public-sur-lenergie-le-bal-des-dupes-et-des-hypocrites?utm_source=Newsletter+Contrepoints&utm_campaign=25922a7634-Newsletter_auto_Mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_865f2d37b0-25922a7634-113970649&mc_cid=25922a7634&mc_eid=7562c94020

par Michel Gay

Le débat public pour la Programmation Pluriannuelle de l’Energie s’est révélé être une mascarade idéologique.

Le débat public pour la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE), dont le Maître d’œuvre était le ministère de l’Écologie, a été phagocyté par l’idéologie et les apôtres des associations antinucléaires.
Depuis février 2018, 90 débats publics ont été organisés en France. S’y ajoutent plus de 40 joutes avec des collectivités territoriales et locales, 7 avec des laboratoires de recherche, 3 avec des chambres de commerce, 2 avec des Grandes écoles1. Les missi dominici n’ont pas chômé…
Hélas, fin avril, le résultat ne fut pas à la mesure de toute cette agitation : le débat sur la PPE n’avait reçu qu’environ 7000 réponses au questionnaire. Le « flop » est d’autant plus remarquable qu’il y avait de nombreuses objections… n’allant pas dans le sens recherché.
L’ambiance devait être morose au ministère de l’Écologie.

ALORS, DÉBUT MAI, FUT LANCÉE UNE MISE EN SCÈNE SUPPLÉMENTAIRE

Le 9 Juin 2018, la « Commission Particulière du Débat Public » a organisé à Paris une réunion  « G400 » suivie d’une autre intitulée « clôture du débat public sur l’énergie», le 29 Juin, au Conseil Économique et Social.
Sur appels téléphoniques, 400 personnes tirées au sort parmi les réponses envoyées sont venues donner leur avis, lesquels « seraient aussi importants que celui des 577 députés » selon le président de séance2. Voilà une sidérante « équivalence de représentation nationale » destinée à compenser l’indigence de la consultation nationale…
Finalement, 339 personnes étaient présentes munies de documentations « orientées » (reçues via courrier ou Internet). Ainsi, une association non représentative (mais ayant l’avantage d’être antinucléaire) et l’ADEME disposaient du même « poids » d’une demi-page qu’EDF et TOTAL parmi les quatre « acteurs de l’énergie » autorisés à s’y exprimer.
Pire encore : les importants rapports de l’Académie des Sciences et de la cour des Comptes brillaient par leur absence totale. C’est une insulte à ces corps de haute qualité !
Après une dizaine de minutes de « débat » au pas de charge sur chacune de la douzaine de questions dotées de sous-questions, le « vote » clôturant le débat a eu lieu.
Dix minutes sur des sujets qui font l’objet d’échanges et de communications diversifiées et complexes depuis plusieurs années…
Dix minutes pour une majorité de gens présents qui ne font guère la différence entre un kilowattheure et un kilowatt de puissance nominale…
Ce débat a été une escroquerie  intellectuelle.

RÉSULTATS

Après une présentation rapide en fin de séance le 9 juin, le site du CNDP a publié ses résultats quelques jours plus tard. Certaines valeurs qui allaient à l’encontre de l’objectif recherché ont été modifiées. Il était indiqué discrètement que « ces résultats furent complétés par vote à distance de ceux qui n’avaient pas pu se rendre disponibles3 ». Ils ont osé faire voter les absents.
Ces 61 « votes supplémentaires », soit 18% des vrais participants, pouvaient-ils inverser des valeurs aussi marquées que :
– 86% de « sans opinion » sur la position de la France par rapport à la  « loi de transition énergétique ». Ce qui montre le doute des Français quant à cette « transitude »,
– plus de 65% « sans opinion » sur les fermetures / ouvertures / prolongations des centrales nucléaires,
– 85% déclarent être insuffisamment informés pour agir en faveur de la transition énergétique.
– 624 questions ont été prises en considération par la CNDP4, et 400 réponses furent données, dont certaines sont un verbiage « politiquement correct ».
Dans son discours de clôture du 29 juin, le Président de la Commission Particulière du Débat Public Jacques Archimbaud déclarait5 :
« Alors qu’on suggérait de tous côtés à la Commission de ne pas se focaliser sur l’électricité, les seuls scénarios aboutis, publiés, et mis en discussion, furent ceux qui justement portaient sur l’équilibre offre-demande de cette énergie ».
L’électricité ne représente que 25% de la totalité des énergies utilisées par la France, et les questions plus cruciales (chauffage, transport, industrie,….) ont été esquivées.
Le Ministère de tutelle a délibérément biaisé la « consultation » en cherchant appui sur ses mantras idéologiques. Il devrait être désavoué par le Gouvernement, le Conseil d’État, ou autre autorité responsable.

LA FRANCE PROFONDE DEBOUT CONTRE LES MANIPULATIONS DES « PÈRES VERTS »

Ces autorités vont-elles enfin prendre conscience des réalités en s’appuyant sur les données précises  des Académie des sciences, de Médecine, de la Cour des comptes, et d’associations diverses qui alertent sur les conséquences prévisibles des errements en cours, et rejeter… l’idéologie, le sensationnalisme et les manipulations médiatiques ?
Comment les responsables politiques peuvent-ils accepter des justifications fondées sur des formules d’une sidérante vacuité telles que « l’éolien c’est pas du vent », « il faut faire de la place au soleil6 », et « on est à l’aube d’une révolution dont on ne voit pas encore le point d’atterrissage ».
Tous les  vrais énergéticiens voient, eux, dans les manipulations de cette PPE farfelue en préparation, une forme de crime contre la nation, un précipice qui s’ouvre devant la France….
C’est pire que le « responsable mais pas coupable7 » clamé en d’autres temps dans un scandale qui fit  moins de victimes que celui qui se prépare, s’il arrive à terme.
La réaction salutaire viendra peut-être d’un peuple excédé par les frasques d’une partie de ses dirigeants sous l’influence politique délétère de minorités nuisibles, particulièrement lors d’un prochain hiver comme en 1956 et 1963, avec des centaines de morts lors d’un « blackout ».

PLUS LOIN, PLUS HAUT…

Selon le dessinateur Reiser « On vit une époque formidable ! », mais il est temps de sonner l’alerte pour ne pas être victime du « malheur d’une  époque où le peuple d’aveugles est conduit par une poignée  de fous » (William Shakespeare dans le Roi Lear).
Nos élus commencent à réagir : les députés Jean-­Charles Colas-­Roy et Anthony Cellier, soutenus par cent parlementaires, demandent, dans une tribune publiée le 28 Juin par le quotidien « Le Monde » que la PPE fasse l’objet « d’un rendez-vous législatif régulier et non d’un décret gouvernemental ».
Le député Julien Aubert, ainsi que 29 autres de ses collègues, ont demandé le 13 juillet 2018 une commission d’enquête sur le financement des énergies renouvelables.
Le rideau tombera-t-il  sur le bal des dupes et des hypocrites ? Une aube nouvelle se lève peut-être sur la raison et le bon sens…
  1.  Chiffres donnés le 29/06/18 (Mme I.Jarry et M.J-F.Helas). 
  2.  Jacques Archimbaud  Président Commission particulière G400 le 09/06/18. 
  3.  Relevé sur le document ‘ Résultats G400’ publiés sur le site  CNDP 
  4.  Chiffres donnés en introduction le 29/06 (Mme I.Jarry et M.J-F.Helas). 
  5.  Relevé sur l’imprimé du discours mis à disposition le 29/06. 
  6.  Lors de son discours final le 29/06. 
  7.  Georgina DUFOIX, ex ministre de la santé, novembre 91, sang contaminé. 

mardi 4 septembre 2018

Saône-et-Loire : Ballore et Martigny le Comte

Ci-joint l'article du JSL du 1er septembre sur la réunion d'information organisée par l'association "Vent debout" de Ballore et Martigny le Comte. Il semble que la société VSB Energies Nouvelles aura du fil à retordre......... C'est la première fois ou je lis un article uniquement à charge. Le vent tournerait-il?

Olivier DUBAR



samedi 1 septembre 2018

Côte d'Or : conférence débat avec Marc Halévy, auteur du livre "Energie & Ecologie"


Jura : Réunion publique à Gevingey du 29/08/2018



CAPPJE (JURA)

https://cappje39.wordpress.com/

Collectif d'Alerte du Premier Plateau du Jura sur les Eoliennes

Alerter et faire obstacle à l’envahissement du premier plateau par les projets industriels éoliens

"Depuis des mois, les promoteurs éoliens démarchent les communes du premier plateau du Jura pour soutirer aux élus le droit de développer leurs parcs industriels.

Le collectif a pour objectif d’alerter la population sur ces agissements et de mobiliser les habitants contre l’envahissement de leur territoire par ces installations gigantesques.

Les élus se font bercer par le discours appuyé, incitatif et rassurant des porteurs de projet qui passent sous silence les nuisances de ces machines. Ils s’achètent une bonne conscience.

Pourtant, ces « dames blanches », comme se complaisent à les appeler les insouciants, ont tôt fait de se draper de noir quand on déroule la liste de leurs méfaits : modification profonde du paysage et du cadre de vie, nuisances visuelles sonores et vibratoires, impacts sur la santé humaine, destruction d’une partie de la faune, désertion des touristes, dépréciation des biens fonciers,…, augmentation de la facture d’électricité, et un comble augmentation de l’émission des gaz à effet de serre par la production des centrales thermiques les suppléant quand le vent manque.

Les élus ne prennent pas suffisamment le temps de la réflexion. Ils se précipitent le plus souvent dans leurs délibérations sans concertation avec les communes voisines, ni débat avec leurs administrés.

Si les élus ont légitimité à gérer les affaires courantes de leur commune en bon père de famille, les électeurs n’acceptent pas qu’ils expédient ces opérations exceptionnelles sans les consulter.

Plusieurs communes se sont déjà engagées : Chamole, La Marre, Publy, Revigny.

D’autres sont sur le point de le faire : Hauteroche, Perrigny, Chamole (12 éoliennes supplémentaires).

Certaines ont enfin clairement affiché leur opposition : Bonnefontaine, Vevy.
Pour autant, aucune commune ne sera épargnée à long terme si le processus n’est pas rapidement stoppé.

Il est donc indispensable que dans chaque village, chacun s’inquiète de la situation, s’informe et se mobilise pour marquer son opposition à l’envahissement dramatique du premier plateau que les promoteurs éoliens et élus programment en catimini."


cappJe

(si vous souhaitez nous rejoindre, contactez nous à l’adresse mail du collectif :
cappje@gmail.com
ou sur facebook : https://www.facebook.com/Collectif-dalerte-du-premier-plateau-du-Jura-sur-les-éoliennes-211785672867370/ )

--------------------------------------------------------

Réunion publique du 30 août 2018 à Hauteroche : Support de la 
réunion https://cappje39.files.wordpress.com/2018/08/cappje-rc3a9union-du-30-aoc3bbt-2018-vdef.pdf

--------------------------------------------------------